Premier Contact Ford Mustang 2015: Profiter de la vie

Après plusieurs mois de dévoilements, de présentations et surtout d’attente, le moment était enfin venu d’évaluer la génération renouvelée de l’un des icônes de l’industrie automobile, la Ford Mustang 2015. Et pour ce faire, Ford n’aurait pas pu trouver un meilleur endroit que le sud de la Californie.

(Los Angeles, Californie) Nous voilà donc, une trentaine de journalistes réunies au Mel’s Dinner, un restaurant à la thématique rétro en plein cœur du célèbre Sunset Boulevard de West Hollywood. Les banquettes turquoise bien rembourrées et un énorme jukebox à l’entrée nous mettent dans l’ambiance de la voiture que nous nous apprêtons à conduire.

Le soleil n’est pas encore de la partie, mais les Ford Mustang 2015 jaune, orange et rouge qui attendent à l’extérieur compensent parfaitement. Après quelques instructions préliminaires où le mot d’ordre est surtout de nous amuser, nous voilà enfin derrière le volant de la 6e génération de la plus célèbre des pony cars.

Il y a 50 ans, la première Ford Mustang voyait le jour, et le succès ne s’est pas fait attendre. La popularité de la première Mustang était en partie expliquée par son style unique à l’époque et sportif. Cinq décennies plus tard, la Mustang 2015 réussit le tour de force d’offrir une silhouette sans contredit rétro qui respecte les origines du modèle, mais qui s’avère également moderne et bourrée de personnalité.   

Comme une Porsche 911, le modèle est immédiatement reconnaissable en tant que Mustang, mais il n’est pas difficile non plus de rapidement déterminer que nous avons affaire à la version 2015. Ceux et celles qui se sont déjà promenés dans le sud de la Californie et surtout dans les coins de Hollywood et Beverly Hills savent à quel point les voitures exotiques sont légion. L’une n’attend pas l’autre dans le cas des Ferrari et des Lamborghini, et en deux jours seulement j’ai compté 5 Rolls Royce, toutes blanches.

Je ne m’attendais donc pas nécessairement à me faire remarquer au volant de la Mustang 2015, mais j’ai rapidement compris à quel point ce modèle est en mesure d’éveiller les passions des passants. Partout où nous sommes passés, les regards se tournaient vers notre rutilante Mustang GT jaune. Dès que l’on s’arrêtait quelques minutes, les questions du genre « c’est la nouvelle Mustang? » et « combien de chevaux sous le capot?» pleuvaient de partout.

Il faut dire que les stylistes de Ford ont réussi leur coup avec la refonte de la Mustang. Tel qu’indiqué précédemment, la voiture conserve l’ADN visuel établie par les générations antérieures tout en étant tout à fait au gout du jour. Le long capot fait contraste avec une partie arrière courte, mais les proportions sont parfaites. Le toit plongeant et la ceinture de caisse élevée s’assurent de créer un effet dynamique qui rappelle qu’il s’agit d’une voiture axée sur les performances. Peu importe l’emblème qui serait affiché sur la calandre, la voiture serait une réussite esthétique absolue.

Tout va bien jusqu’à présent

Le style de la nouvelle Mustang ne mérite donc que des éloges, mais qu’en est-il de la conduite? Il faut savoir en premier lieu qu’il y a beaucoup de changements techniques et mécaniques apportés au modèle pour cette nouvelle génération. Les puristes sont d’ailleurs en droit d’écarquiller les yeux en apprenant que les ingénieurs de Ford ont choisi de faire appel à une suspension indépendante à l’arrière au lieu d’un essieu rigide qui a survécu au passage du temps. Pourquoi le changement? Le confort en premier lieu, la tenue de route en second lieu. Bien que les générations précédentes du modèle aient réussi à faire quelque peu oublier que les roues arrière ne pouvaient bouger indépendamment, la réalité demeure que sur une route sinueuse ou en piètre état, une suspension indépendante est nécessairement mieux adaptée.

Si vous êtes amateurs de conduite sportive, vous devez immédiatement réserver un voyage à Los Angeles, si ce n’est que pour aller conduire sur les routes qui serpentent les montagnes entourant la ville. Personnellement, si je demeurais dans le coin, une conduite matinale à vive allure sur ces routes remplacerait tous les jours la tasse de café.

La GT en premier…

Spécifiquement, nous avons eu l’occasion de conduire la Ford Mustang GT 2015 sur la route Angeles Crescent qui se démarque en n’offrant à peu près pas de portions droites. Ce n’est qu’une suite infinie de courbes serrées qui garantissent un mal de cœur à votre passager, mais qui s’avèrent également d’un bonheur indescriptible à enfiler.

Bref, l’endroit était idéal pour commencer l’évaluation de la Mustang 2015 et de sa nouvelle suspension. Il y a les changements apportés à l’arrière, mais il faut aussi noter la nouvelle suspension avant qui a été revue afin d’être mieux adaptée à la nouvelle élaboration à l’arrière.

Premier constat, la nouvelle Mustang est beaucoup plus confortable que n’importe quelle autre version l’ayant précédée. Si certains diront que les routes californiennes ne sont pas l’endroit idéal pour évaluer le confort d’une voiture, je répondrais qu’au contraire, Los Angeles offre son lot de routes en piètre état, et la Mustang s’est très bien tirée d’affaire. Il n’y a aucun doute que pour un certain segment des acheteurs du modèle, les améliorations au niveau de la douceur de roulement seront très appréciées.

Par contre, il est difficile de combiner confort et tenue de route sportive, et je dois avouer que notre premier modèle d’essai, la GT, montrait quelques réticences dans les courbes les plus serrées. Soyons clairs, la nouvelle Mustang est une authentique sportive et sa tenue de route s’avère désormais plus prévisible, mais nous avons noté un tantinet de roulis à quelques endroits tandis que la lourdeur du modèle était difficile à oublier.

La raison se trouve peut-être sous le capot. La Mustang GT 2015 est propulsée par un gros moteur V8 de 5,0 litres développant 435 chevaux et 400 lb-pi de couple. Plus puissant que le V8 de l’ancienne génération, il offre des performances à faire rougir bien des modèles Porsche, mais sur une route sinueuse il a tendance à faire valser un tout petit peu la voiture. Néanmoins, la solidité et la stabilité générale du modèle sont grandement améliorées comparativement à l’ancienne génération.

Le commun des conducteurs (un groupe dont je fais partie) qui ne veut que s’amuser au volant n’aura que de bons mots à dire concernant l’équilibre entre le confort et le dynamisme de la nouvelle Mustang GT.

L’EcoBoost ensuite…

En après-midi, le moment était venu d’essayer ce qui est assurément le modèle le plus intriguant de la famille Mustang 2015, la version propulsée par le moteur quatre-cylindres EcoBoost de 2,3 litres. Développant 310 chevaux et 320 lb-pi de couple, il est plus puissant que V6 de 3,7 litres offert de série tout en étant plus économique d’environ 2,0 litres aux 100 kilomètres avec sa consommation moyenne affichée de 9,1 l/100 km.

Mieux encore, nous avons pu essayer ce modèle avec la boîte de transmission manuelle à 6 rapports. Cette dernière permet d’exploiter toute la puissance du moteur EcoBoost facilement, et l’on se tanne jamais d’entendre le petit sifflement du turbocompresseur lors des accélérations. Un turbo dans une Mustang? L’idée semble aussi farfelue qu’une suspension arrière indépendante, mais en pratique l’exécution est sans reproches.

Le comportement de la version EcoBoost semble plus stable également, le poids à l’avant étant moindre. La voiture était mieux équilibrée dans son ensemble et même si la puissance n’est aucunement comparable au V8, l’agrément de conduite est omniprésent.

Et la version V6 dans tout cela? Ford n’avait prévu que des modèles GT et EcoBoost lors du lancement, alors difficile de se prononcer. Néanmoins, elle devrait attirer son lot d’acheteur en raison de ses 300 chevaux et son prix de départ fixé à 24 999$, 3 000$ de moins que le modèle EcoBoost.

À ce prix, les acheteurs obtiennent de série une caméra de recul ainsi que le démarrage par bouton pressoir avec système d’entrée sans clé. Les phares à l’avant sont également agrémentés de feux DEL distinctifs sans frais supplémentaires. Huit coussins gonflables sont de série dans les modèles coupés tout comme un système de contrôle de la stabilité et de la traction.

Il y a également les systèmes de sécurités actifs usuels tels que le système de surveillance des angles morts ainsi qu'un système d’avertissement de circulation arrière transversale. Au niveau des performances, la Mustang 2015 offre trois modes de conduite qui ajustent le comportement de la voiture en modifiant les paramètres de la direction et de la suspension notamment, en plus d’une fonction Launch Control en option qui facilite des départs cannons. Il y a aussi en option une série d’applications pour la piste dont un chronomètre.

Mais la technologie la plus innovatrice de la nouvelle Mustang est sans contredit le système Line-Lock. Il permet d’effectuer des burnouts de façon contrôlée sans devoir jouer des pieds afin d’enfoncer les freins tout en envoyant de la puissance aux roues arrière. Créer un bon vieux « show de boucane » pour épater la galerie n’a jamais été aussi facile.

Habitacle

L’intérieur de la nouvelle Ford Mustang 2015 est plus moderne tout en incorporant plusieurs touches rétro. Les sièges Recaro offerts en option vous garderont en place dans n’importe quelle courbe tout en étant particulièrement élégants. La console centrale est dotée d’un écran central tactile de 8,4 pouces optionnel intégrant le bon vieux système SYNC de Ford. Si vous avez déjà un véhicule de la marque américaine, vous n’aurez aucune difficulté à vous retrouver à l’intérieur du système d’infodivertissement.

L’ergonomie dans son ensemble est bien réussie tandis que l’espace offert aux passagers à l’avant est accueillant. Cependant, les places arrière sont toujours aussi étriquées et leur accès est difficile. La Ford Mustang 2015 demeure encore et toujours une voiture qui sied mieux à un couple qu’à une jeune famille, mais ça, vous le saviez déjà.

Conclusion

Je me souviendrai longtemps de ce premier contact avec la Ford Mustang 2015. En l’espace d’une journée, nous avons conduit dans les montagnes entourant Los Angeles, longé l’océan Pacifique à Santa Monica et Malibu, et fait tourner les têtes à Beverly Hills. Jamais je n'ai fatigué de conduire la nouvelle Mustang. Il y a eu bien des changements apportés à cette nouvelle génération, mais l’ADN du modèle est intact, et sa personnalité est toujours tout aussi unique. Elle séduira sans contredit ses loyaux amateurs, mais même ceux et celles qui n’auraient jamais songé à la Mustang se doivent d’y jeter un coup d’œil.

Les meilleures alternatives

  1. Essais routiers Mazda CX-5 GT 2016 Mazda CX-5 GT 2016 : tous les éléments en place
    4.5/5
    Mazda se trouve actuellement sur une véritable lancée, et rien ne semble pouvoir les arrêter. Le CX-5 était en fait le premier véhicule du constructeur japonais… suite
  2. Essais routiers La nouvelle Hyundai Elantra 2017 Hyundai Elantra 2017 : tout pour mener le bal
    4.5/5
    La Hyundai Elantra en a fait du chemin ces dernières années, tellement qu’elle trône maintenant sur le podium des compactes les plus vendues au Canada, menaçant… suite
  3. Essais routiers Mercedes-Benz Classe C Cabriolet 2017 : du vent dans les cheveux, de l’adrénaline dans les veines
    4.5/5
    Le cabriolet est de retour dans la Mercedes-Benz Classe C pour 2017 et se joint à la berline, la familiale et le… suite
  4. Essais routiers La silhouette de la Sonata est plus sage que celle de la génération précédente. Hyundai Sonata Plug-in Hybrid 2016 : sans complexe
    4.5/5
    Si votre perception de Hyundai est celle d’un constructeur se limitant à produire des voitures économiques… suite